Epilogue

millésime 2004, écrit par Macsou
Quête de l'Oulibouniche, Sri-Lanka Ajoutez un commentaire

Et si, au-delà de cette comptine, l’Oulibouniche n’était en fait que l’émergence de notre part de créativité, ce brin de folie personnelle, ce « moi » bien caché qui pour exister, l’instant d’un voyage, n’a pas trouvé mieux que de matérialiser ces petits riens existentiels dont on ne sait plus faire les montagnes de rêves où s’exprime, pourtant si bien, notre part d’humanité.

Née d’un petit rien dans le berceau du bouddhisme où la connaissance et la sagesse universelles du Bouddha pourraient bien reposer sur l’acceptation du néant fondateur, il est plus que probable que cette quête imaginaire ne doive vraiment rien au hasard. Car les hommes qui éprouvent le vertige « d’être » savent qu’il y a, quelque part dans le mur des lois physiques, un trou noir, et que ce trou fonde la liberté du vivant. Alors, pendant que la science moderne bétonne ce trou en y versant des lois et des gènes modifiés et que le progrès s’épuise à nier le vide, quoi de plus salvateur que notre quête Oulibounichetique — ce parcours débridé dans les chemins vierges de la pensée, à la recherche d’une valeur identitaire plus humaine, loin des sociétés labellisées « In God We Trust ».

Bon vent à tous et que vive l’Oulibouniche !

 

 

Une réponse à “Epilogue”

  1. Stéphanie dit:

    Hello,
    J’ai lu, écouté, visionné tout le site … un vrai régal. Que de souvenirs, de rires ! Le Sri Lanka est vraiment un merveilleux pays. La quête de l’oulibouniche est inoubliable.
    A+
    Stéphanie

Laissez un commentaire

WP Theme & Ecrire au Webmaster du blog
WordPress version : 2.6.5Entries RSS Comments RSS Connexion